Près de 1 500 mds euros pour les actifs alternatifs en Europe

Jeudi 14 juin 2018

Expertise

Preqin et Amundi présentent la plus importante étude du marché des actifs alternatifs en Europe.

Preqin et Amundi, première source de données dans l'industrie des actifs alternatifs, présentent pour la première fois la plus importante étude du marché des actifs alternatifs en Europe.

En s'appuyant des données collectées par Preqin depuis 2003, auprès des grands acteurs du marché, le rapport offre une analyse complète de la deuxième plus importante région au monde dans le secteur des actifs alternatifs, après les US : L’Europe.

Selon le rapport, le total des encours gérés dans le secteur des actifs alternatifs en Europe a atteint le chiffre historique de 1 480 mds d’euros en septembre 2017 ; cette progression est soutenue par d'importants flux de capitaux. 

Riche et évolutif, l’écosystème européen des instruments alternatifs est composé de plus de 5 700 sociétés de gestion et 2 800 investisseurs institutionnels qui effectuent des investissements dans l’industrie du capital-investissement, de la dette privée, de l’immobilier, des infrastructures, des ressources naturelles (ou « capital privé ») ainsi que des Hedge Funds.

« Les banques et les gouvernements en Europe ne sont plus les seuls à fournir des financements à l’économie réelle : les compagnies d'assurance et les fonds de pension jouent aussi un rôle. L’engouement que suscitent les instruments alternatifs parmi les fonds de pension et les compagnies d'assurance est évident : les politiques monétaires peu traditionnelles développées en réponse à la crise financière mondiale ont fortement impacté toutes les classes d'actifs. Les actifs réels attirent les investisseurs à long terme pour trois raisons : ils leur permettent d’exploiter la prime d'illiquidité ; ils augmentent les rendements grâce à une source de performance prévisible ; et ils créent de la diversification car ils sont faiblement corrélés aux classes d'actifs traditionnelles. »

Pedro-Antonio Arias, Directeur du Pôle Actifs Réels et Alternatifs, Amundi 

Découvrir le Pôle Actifs Réels et Alternatif d'Amundi

Découvrir l'étude dans sa totalité

Autres actualités

Global investment view
31/01/2020 Research / Market

Global Investment Views - Février 2020

Début 2020, les marchés étaient toujours dominés par des questions géopolitiques, avec tout d’abord des tensions de courte durée en Iran, suivies par la nouvelle d’un accord commercial de phase 1 entre les États-Unis et la Chine. À l’heure actuelle, les prévisions de croissance deviennent le principal moteur du marché. é. C’est pourquoi la récente volatilité due aux nouvelles liées à la propagation du coronavirus en Chine est plus importante que dans le cas des tensions entre les États-Unis et l’Iran, car l’épidémie pourrait peser sur la Chine (et sur la croissance mondiale) si elle n’est pas contenue rapidement (ce qui ne constitue pas notre scénario de base pour le moment). En dehors de ce problème, les données récentes indiquent une évaluation de type « jusqu’à présent, tout va bien » car l’Allemagne a évité une récession et la zone euro a atteint un point bas. Les tendances à la hausse de l’inflation se matérialisent dans une certaine mesure, mais les risques semblent limités et les perspectives globales d’inflation demeurent favorables. Les banques centrales devraient laisser leurs politiques inchangées, ce qui devrait contribuer à maintenir des conditions financières accommodantes dans toutes les régions du monde. Par conséquent, dans la quête vers davantage de croissance, l’attention mondiale se tourne vers les mesures fiscales : le plan de relance japonais ; l’approbation des lois budgétaires 2020 pour l’Indonésie, les Philippines et l’Inde ; et l’espoir d’un soutien en Allemagne, au Royaume-Uni et dans l’Europe élargie (Pacte vert européen de 1 000 milliards d’euros).