Réunion de la BCE : la politique budgétaire doit maintenant jouer son rôle

Vendredi 13 mars 2020

Recherche / Marchés

Lors de sa réunion du 12 mars, la BCE a déçu les attentes du marché en ne baissant pas les taux dans le sillage du spread coronavirus. La banque a procédé à un nouvel assouplissement monétaire non conventionnel en renforçant temporairement son programme d'assouplissement quantitatif, qui prévoit une série d'achats d'actifs nets supplémentaires d'un montant de 120 milliards d'euros cette année. De tels achats seront surtout biaisés vers le secteur privé. En outre, la BCE procédera temporairement à des opérations de refinancement supplémentaires à plus long terme afin d'apporter un soutien immédiat au système financier de la zone euro, tandis que la supervision bancaire de la BCE apportera des fonds propres temporaires et un soulagement opérationnel en réaction à l'épidémie de coronavirus.

Enfin, la BCE soutient la décision de l'ABE de reporter le test de résistance de 2020 afin que les banques puissent se concentrer sur les entreprises. Elément important, Mme Lagarde a fortement formulée une demande de « politique budgétaire ambitieuse et coordonnée », car la réponse à la crise induite par le coronavirus devrait être avant tout budgétaire...

Lire l'article

Autres actualités

Global investment view
03/04/2020 Recherche / Marchés

Global Investment Views - Avril 2020

Les marchés (cycle financier) sont en avance du cycle économique et rebondiront avant la fin de la pandémie de coronavirus. Toutefois, ils devraient se stabiliser une fois confortés sur trois points : Le profil cyclique de la pandémie, ou lorsque l’on observe des signes de ralentissement de la vitesse de contagion. Cela dépend de la variable « temps » (durée de la période de crise) et des efforts de mobilisation (mesures de confinement introduites dans différents pays). Il y a encore beaucoup d'incertitude à ce stade.

Global investment view
30/12/2019 Recherche / Marchés

Global Investment Views - Janvier 2020

En ce début d’année, un retour sur les 12 derniers mois permet de souligner à quel point cette année 2019 de records aura été peu conventionnelle. Sur le plan positif, les actions se sont redressées pour atteindre des sommets historiques en décembre et les performances des titres obligataires se sont également avérées solides, pendant que les rendements obligataires chutaient. La combinaison de ces tendances aura permis aux investisseurs européens avec un portefeuille équilibré traditionnel constitué à 50/50 d’obligations et d’actions de générer une performance de 15,5 %1 , soit la meilleure performance annuelle des deux dernières décennies.