Une nouvelle étape dans les actions politiques, mais les marchés restent à la recherche d'un catalyseur "réel"

Jeudi 19 mars 2020

Recherche / Marchés

Où en est-on dans la crise et que regarder : les investisseurs sont passés d'une sous- estimation de la gravité de la crise (marchés porteurs) à une escalade globale (avec la mise en place aux des États-Unis de mesures d'urgence) qui a entraîné des perturbations sur les marchés et une réaction excessive. Nous sommes toujours dans cette phase de surréaction et elle devrait se poursuivre pendant un certain temps car l'actualité est dense. Il est important de considérer la Chine et l'Italie comme des indicateurs avancés de ce à quoi les pays peuvent s’attendre. Les indicateurs macroéconomiques, sans surprise, seront très faibles, comme nous l'avons vu dans les chiffres des ventes au détail et de la production industrielle en Chine pour janvier et février. 

Lire l'article

Autres actualités

Global investment view
03/04/2020 Recherche / Marchés

Global Investment Views - Avril 2020

Les marchés (cycle financier) sont en avance du cycle économique et rebondiront avant la fin de la pandémie de coronavirus. Toutefois, ils devraient se stabiliser une fois confortés sur trois points : Le profil cyclique de la pandémie, ou lorsque l’on observe des signes de ralentissement de la vitesse de contagion. Cela dépend de la variable « temps » (durée de la période de crise) et des efforts de mobilisation (mesures de confinement introduites dans différents pays). Il y a encore beaucoup d'incertitude à ce stade.

Global investment view
30/12/2019 Recherche / Marchés

Global Investment Views - Janvier 2020

En ce début d’année, un retour sur les 12 derniers mois permet de souligner à quel point cette année 2019 de records aura été peu conventionnelle. Sur le plan positif, les actions se sont redressées pour atteindre des sommets historiques en décembre et les performances des titres obligataires se sont également avérées solides, pendant que les rendements obligataires chutaient. La combinaison de ces tendances aura permis aux investisseurs européens avec un portefeuille équilibré traditionnel constitué à 50/50 d’obligations et d’actions de générer une performance de 15,5 %1 , soit la meilleure performance annuelle des deux dernières décennies.