Investment Talks : A la recherche du point bas de la crise du Covid-19

Mercredi 25 mars 2020

Investment Talks

En cette période sans précédent de forte incertitude d'un point de vue sanitaire et économique, les différents moteurs en jeu évoluent dans des directions différentes. Ces forces rendent l'exercice de prévision du PIB assez délicat et pas particulièrement utile pour le moment.

Les marchés précèdent le cycle économique réel et vont donc toucher leur point bas avant la fin de la pandémie. Toutefois, ils se calmeront et seront rassurés sur la voie à suivre lorsqu'ils pourront ancrer les attentes sur trois points :

  1. Le schéma cyclique de la pandémie, ou le moment où un certain signe d'amélioration sur la vitesse de la contagion se fait jour. Cela dépend de la variable « temps » (la prolongation de la période de crise) et des efforts de mobilisation (les mesures de confinement mises en place dans les différents Etats). Un endiguement précoce par des mesures fortes telles que celles appliquées en Chine et, plus récemment, dans les principaux pays occidentaux, pourrait contribuer à limiter la propagation du virus ;
  2. La tactique du « quoi qu’il en coûte » des autorités budgétaires et monétaires, et la question de savoir si les politiques monétaires et les mesures budgétaires sont considérées comme crédibles et efficaces pour assouplir les conditions financières du secteur des entreprises ou pour fournir des ressources adéquates au secteur des ménages pour faire face à une période de chômage plus important en raison de l'arrêt de l'activité économique;
  3. La partie courte de la courbe de crédit, après les récentes dislocations, et les rendements des obligations « core », qui ont commencé à augmenter depuis l'annonce des mesures budgétaires, anticipant une augmentation de la dette future.

Nous devons reconnaître que nous sommes dans une situation similaire à celle d'octobre 2008, où l'incertitude était très forte, la volatilité extrême et la liquidité disparaissait. Le marché a touché un point bas en mars de l'année suivante. Toutefois, cette fois, des mesures extraordinaires ont été mises en place à un stade plus précoce de la crise (2008 a constitué une leçon) et les mesures de relance sont nettement plus importantes. Les marchés mettront du temps à digérer toutes celles-ci, mais commenceront par estimer que ces mesures sont illimitées.

 

Toutefois, les bazookas politiques ne seront efficaces que s'il y a une baisse correspondante de la vitesse de contagion. La combinaison des deux déterminera le calendrier de la reprise et, tant que la pandémie ne semblera pas maîtrisée, la volatilité persistera.

Achevé de rédiger le 25/03/2020

Retrouvez l'intégralité de nos publications liées au Covid-19 dans notre rubrique dédiée

Autres actualités

FRESERVE
16/03/2020 Investment Talks

Investment Talks - Etats-Unis - actions décisives relatives au Covid-19

L'incertitude entourant l'ampleur et la durée de la crise sanitaire est à l'origine de la volatilité et teste la liquidité des marchés financiers mondiaux. En plus de la perturbation de la chaîne d'approvisionnement et de la destruction de la demande résultant du coronavirus, un choc d'offre supplémentaire, mais aussi sévère, a été introduit dans l'économie américaine et mondiale. L'OPEP, dirigée par l'Arabie saoudite, s'est lancée dans une guerre des prix du pétrole avec les grands producteurs hors OPEP, mettant les investisseurs en alerte pour une récession mondiale et augmentant les chances d'une récession américaine.§ Les banques centrales en action : dimanche 15 mars, une action coordonnée entre les banques centrales du G-10, ainsi que lännonce spectaculaire par la Réserve fédérale de taux d'intérêt nuls et d’un assouplissement quantitatif, ont eu pour objectif de stabiliser la liquidité et la confiance des marchés. La Fed a également réduit les réserves obligatoires des banques à zéro, libérant ainsi de la liquidité pour toutes les banque du pays. Cela permet à celles-ci de contracter davantage de prêts et d'améliorer leurs marges à mesure que les liquidités passent du taux quasi nul des réserves bancaires de la Fed à des actifs plus rémunérateurs. Cela intervient après l'engagement significatif de la 

FED
04/03/2020 Investment Talks

Mesures d’urgence face au Coronavirus : la Fed baisse ses taux, mais les marchés restent sur leur faim

La baisse des taux et la réaction du marché : la banque centrale américaine a baissé son taux de 50 points de base : il s’agit de la première intervention d’assouplissement monétaire de la Fed entre deux réunions depuis la crise de 2008. Une décision d’urgence, sans doute provoquée par la volatilité du marché et les inquiétudes sur la liquidité. En réaction, le marché actions a fortement corrigé et le rendement sur les bons du Trésor américain à 10 ans a touché de nouveaux plus bas. En effet, l’intervention de la Fed est perçue comme insuffisante pour contrer la dégradation récente des conditions financières liée à la réaction du marché à l’épidémie de coronavirus. Les marchés en veulent plus.

Investment Talks Mars 2020
10/03/2020 Investment Talks

Pas de panique : la surréaction des marchés peut créer des opportunités pour les investisseurs de long terme

Au moment où nous écrivons ces lignes, les actifs à risque enregistrent desAu moment où nous écrivons ces lignes, les actifs à risque enregistrent des pertes conséquentes ; les indices actions en Europe ont ouvert en baisse d’environ -6% à -8% et la volatilité s’est envolée (indice VIX supérieur à 58, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis la crise financière en 2008). La demande pour les valeurs refuge s’est emballée pour atteindre des niveaux historiques : le rendement sur les bons du Trésor américain à 10 ans est tombé à un nouveau plus bas, à moins de 0,4%, et l’or a touché son plus haut niveau en 7 ans, à plus de 1700 USD.