Investment Talks - Etats-Unis - actions décisives relatives au Covid-19

Lundi 16 mars 2020

Investment Talks

Messages clés
  • L'incertitude entourant l'ampleur et la durée de la crise sanitaire est à l'origine de la volatilité et teste la liquidité des marchés financiers mondiaux. En plus de la perturbation de la chaîne d'approvisionnement et de la destruction de la demande résultant du coronavirus, un choc d'offre supplémentaire, mais aussi sévère, a été introduit dans l'économie américaine et mondiale. L'OPEP, dirigée par l'Arabie saoudite, s'est lancée dans une guerre des prix du pétrole avec les grands producteurs hors OPEP, mettant les investisseurs en alerte pour une récession mondiale et augmentant les chances d'une récession américaine.
  • Les banques centrales en action : dimanche 15 mars, une action coordonnée entre les banques centrales du G-10, ainsi que lännonce spectaculaire par la Réserve fédérale de taux d'intérêt nuls et d’un assouplissement quantitatif, ont eu pour objectif de stabiliser la liquidité et la confiance des marchés. La Fed a également réduit les réserves obligatoires des banques à zéro, libérant ainsi de la liquidité pour toutes les banque du pays. Cela permet à celles-ci de contracter davantage de prêts et d'améliorer leurs marges à mesure que les liquidités passent du taux quasi nul des réserves bancaires de la Fed à des actifs plus rémunérateurs. Cela intervient après l'engagement significatif de la Fed vendredi d'injecter 1500 milliards $ sur les marchés de financement à court terme.
  • Hier soir, les mesures n'ont pas pu calmer les marchés financiers. Les actions enregistrent des pertes significatives en Europe, la volatilité atteint les niveaux record de la Grande Crise Financière et le rendement des bons du Trésor américain est orienté à la baisse. Ces mesures visent à restaurer la liquidité du système, à atténuer le stress financier et à éviter que la partie productive de l'économie souffre de perturbations permanentes. Toutefois, ces mesures ne peuvent pas faire grand-chose pour soutenir la demande ou restaurer les chaînes d'approvisionnement. La réaction excessive et la volatilité devraient persister jusqu'à ce que les mesures d'endiguement produisent certains effets, que les mesures de relance budgétaire soient de plus en plus visibles et coordonnées (nous attendons des mesures aujourd'hui de la part d’Ecofin) et que les perspectives de traitement médical soient revues à la hausse.
  • Les marchés se penchent également sur ce qui sëst passé en Chine. Les derniers chiffres publiés ont montré que la production industrielle, les ventes au détail et les dépenses d'investissement ont chuté au cours des deux premiers mois de lännée. Maintenant, l'activité reprend mais les dommages ont été importants et c'est ce que les marchés anticipent pour le reste du monde qui fait actuellement face au Covid-19. Il y a ainsi peu de « réconfort » pour les marchés, tant que des signes plus concrets de reprise ne se matérialisent pas en Chine, pour montrer la voie possible à suivre.
  • La politique budgétaire est désormais « en marche ». Tous les regards sont tournés vers Washington et sur le potentiel d'une politique budgétaire plus accommodante au-delà de ce qui a déjà été approuvé par la Chambre des représentants. Suivre l’éxécutif et le Congrès américains - ainsi que les gouvernements du monde entier - avec des mesures de relance budgétaire sera essentiel pour soutenir et accélérer le leadership du système bancaire central.
  • Nous sommes encouragés par l’injection massive de liquidités et l'apparente solidarité du système des banques centrales. Selon nous, la réponse du marché et la réponse budgétaire jouent un rôle important, et nous continuerons - avec détermination et patience - à nous concentrer sur la liquidité et la flexibilité. Les investisseurs d’actifs à long terme doivent continuer à identifier soigneusement les titres mal valorisés et à repositionner leurs portefeuilles afin de garantir la liquidité et de profiter de la dislocation des prix des actifs au profit des rendements des investissements à long terme.

Analyse de Christine TODD ,Responsable de la gestion obligataire aux États-Unis, Marco PIRONDINI, Responsable des actions américaines et Paresh UPADHYAY, Responsable de la stratégie devises.

Autres actualités