Actualité : l'inflation

Mercredi 09 juin 2021

Recherche / Marchés, Infographie

L'inflation c'est quoi ?

L'inflation est la perte du pouvoir d'achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. Elle doit être distinguée de l'augmentation du coût de la vie. La perte de valeur de la monnaie est un phénomène qui frappe l'économie nationale dans son ensemble (entreprises, etc).

Pourquoi (re)parle-t-on de l'inflation ? 

Depuis le début de l’année 2021 l’inflation accélère dans la plupart des pays développés. Cela tient en partie à la reprise économique, mais aussi à des perturbations temporaires liées à la crise du COVID : bases de comparaison très atypiques sur un an (notamment avec les prix du pétrole exceptionnellement faibles de 2020) et pénuries dans certains secteurs (semi conducteurs, fret maritime, certaines denrées alimentaires).

Il est possible, cependant, qu’une partie de cette inflation plus élevée se maintienne sur le long terme. Ce serait un phénomène nouveau, alors que la dernière décennie a été marquée par une inflation minime (voir tableau ci contre). En effet, les prix des biens et services ces dernières années sont restés remarquablement stables. L’inflation étant contenue, les taux d’intérêt sont, en parallèle, eux aussi restés très faibles. Par exemple, là où un crédit immobilier dans les années 1970 se négociait à un taux supérieur à 10%, on s’est progressivement rapproché du taux zéro aujourd’hui. 

Pourquoi l'inflation revient-elle ? 

Après une contraction au premier trimestre en Europe, la reprise devrait se concrétiser à partir du deuxième trimestre, les États Unis et la Chine étant déjà à un stade plus avancé. L’inflation cyclique devrait s’accélérer avec le rétablissement de la demande. Les cours du pétrole se sont également nettement redressés depuis le creux de 2020.

La Chambre des représentants et le Sénat américains ont adopté le projet de loi de relance de l’administration Biden doté de 1 900 milliards de dollars. La crise du Covid 19 a entraîné une réponse budgétaire dont l’ampleur est sensiblement supérieure à celle des crises précédentes, ce qui pourrait alimenter les tendances inflationnistes.

Une fois la pandémie maîtrisée et les restrictions sanitaires levées, la demande insatisfaite pourrait s’exprimer dans les secteurs les plus touchés par les mesures de
confinement ( loisirs, divertissements, restauration hors foyer), entraînant une accélération de l’inflation.

Pour la première fois en plus de 30 ans, l’inflation pourrait être perçue comme une solution de sortie de crise et de réduction de l’endettement considérable accumulé, ce qui aurait des répercussions déterminantes sur les tendances à long terme. D’un modèle rigoriste nous pourrions repasser à un modèle de fortes dépenses publiques et de croissance typique des années 1970.

Quelles sont les perspectives et que faire face à l'inflation ? 

Nous anticipons une inflation modérée sur le moyen terme, quoiqu’un peu plus élevée qu’au cours de la dernière décennie. Les répercussions de cette inflation ne sont pas inquiétantes à ce stade pour l’économie en général.

Pensez y l’inflation érode la valeur de l’argent non placé, par exemple les liquidités sur les comptes courants. Une bonne manière de s’en protéger est donc de diversifier son épargne sur des placements financiers plus dynamiques. N’hésitez pas à en parler à votre conseiller financier.nt grade correspondent aux obligations émises par les emprunteurs qui reçoivent une note allant de AAA à BBB- par les agences de notation, selon l'échelle de Standard & Poor's. Elles s'opposent aux "non-investment grade", également appelées "speculative grade" ou "high yield" ("haut rendement"), bien plus risquées mais conférant un retour plus substantiel (notes allant de BB+ à D selon Standard & Poor's). Les obligations "Investment grade" répondent à un niveau de risque faible par comparaison avec les obligations "high yield".

Autres actualités