Flash Amundi Patrimoine - Septembre 2022

Lundi 19 septembre 2022

Patrimoine

Flash mensuel d’Amundi Patrimoine - Septembre 2022

par Raphaël Sobotka et Bruno Saugnac - Co-gérants d'Amundi Patrimoine

Retrouvez, chaque mois, l'actualité liée au fonds Amundi Patrimoine.

 
   

L’activité continue de ralentir dans les économies développées et de nombreux marchés émergents sous le double effet de l’inflation très élevée et du resserrement monétaire.

Au cours du mois d’août, les économies de la zone euro ont continué de subir l’envolée du prix du gaz naturel suite à la décision de la Russie de réduire ses fournitures. Cette mauvaise nouvelle s’ajoute à plusieurs freins déjà présents (baisse du revenu réel des ménages sous l’effet de l’inflation, effet de la guerre russo-ukrainienne sur la confiance, hausse des taux, ralentissement chinois, etc.). Une hausse supplémentaire de l’inflation paraît désormais probable et de fortes tensions sur l’approvisionnement en énergie sont à craindre à l’horizon de l’hiver. Les chiffres publiés au cours du mois d’août reflètent la morosité de la conjoncture : les indicateurs PMI se dégradent, la confiance des ménages reste proche des points les plus bas atteints après le déclenchement du conflit ukrainien. Aux Etats-Unis, la reprise économique post-Covid a progressivement perdu de sa vigueur sous l’effet, notamment, de la baisse du revenu réel des ménages (confrontés à une inflation très élevée) et de la remontée des taux d’intérêt. Si les créations d’emplois ont été plus fortes qu’attendu en juillet (528 000), des signes de ralentissement apparaissent sur d’autres chiffres du marché du travail. De plus, les indicateurs du climat des affaires (dont l’ISM manufacturier) poursuivent leur reflux, signalant une expansion beaucoup moins forte qu’en début d’année. La confiance des ménages reste, pour sa part, sur des niveaux particulièrement bas malgré un léger rebond. Enfin, les indicateurs portant sur l’immobilier, secteur très sensible aux taux d’intérêt, enchaînent les mauvaises surprises. En Chine, l’économie continue de ralentir. Les indicateurs de la demande intérieure ont été atones dans tous les domaines, reflétant un manque général de confiance dans le secteur privé. Le ralentissement du secteur immobilier, entretenu par les restrictions sporadiques causées par le Covid-19, a continué de peser sur la reprise économique de la Chine, freinant les efforts d'assouplissement budgétaire et monétaire.
Dans ce contexte, la performance des actions au mois d’août se solde par une baisse alors qu’elles avaient bien entamé le mois. Ainsi, l’indice MSCI World AC perd 3,1% sur le mois. Le marché américain cède 4,1%, la zone euro perd encore davantage (-5,1%) alors que les risques de stagflation se matérialisent dans la région. Le marché britannique (-2,2%), les pays émergents (+0,8%) et notamment la Chine (+0,5%), ainsi que le Japon (+1%) résistent mieux.
Du côté obligataire, les taux continuent d’enregistrer une très forte volatilité. Après un mois de juillet marqué par un recul significatif des taux souverains, les taux en août ont affiché de fortes hausses, reflétant les craintes des investisseurs sur l’inflation. Ainsi, le taux d’emprunt allemand à 10 ans a augmenté à 1,55%, enregistrant une hausse de 78 points de base (pb). Le taux d’emprunt US à 10 ans a clôturé le mois à 3,2% enregistrant une hausse de 69 pb (rappelons que 100 pb = 1%).

En Europe

  • l’inflation a encore augmenté à 9,1% en août après 8,9% en juillet
  • la Banque centrale européenne (BCE) a adopté un ton beaucoup plus agressif dans sa lutte contre l’inflation

Aux Etats-Unis

  • l’inflation est en recul en août à 8,5% sur 12 mois après 9,1% en juillet
  • la Réserve fédérale américaine (Fed) a réitéré qu’elle poursuivrait résolument son resserrement monétaire même si cela devait ralentir davantage l’économie
 

  Nos décisions de gestion  

ALLOCATION

Approche prudente

⁃ positionnement sur les actifs risqués en baisse sur le mois.

ACTIONS

Exposition aux actions en baisse sur le mois

⁃ réduction du positionnement sur les actions américaines.

OBLIGATAIRE

Sensibilité aux taux d’intérêt en hausse, à 3,4

exposition aux obligations d’entreprises des titres des meilleures notations (Investment Grade) stable.

-
exposition aux obligations d’Etat de la zone euro « core » en hausse sur le mois.

 

En savoir plus sur ce fonds

Autres actualités