Infographie - GIV - La vitesse de contamination, facteur clé d'un retournement des marchés

Vendredi 10 avril 2020

Recherche / Marchés, Infographie

Les marchés financiers sont en anticipation par rapport au cycle économique et trouveront un plancher avant la fin de la pandémie. Si les gouvernements et les banques centrales ont réagi en adoptant
des mesures budgétaires et monétaires conséquentes, celles-ci ne seront efficaces que si la vitesse de contamination diminue de manière correspondante.

CONSÉQUENCES EN MATIÈRE D’INVESTISSEMENT

Profonde contraction économique et reprise lente

Le confinement à grande échelle est en train de provoquer une profonde contraction de l'activité économique. Pour autant, les investisseurs ne doivent pas sous-estimer l'efficacité des mesures des gouvernements et banques centrales qui devraient contribuer à une reprise au 4e trimestre 2020 ou au 1er trimestre 2021.

Privilégier les obligations d’entreprises de première qualité face à la tempête

La forte volatilité1 et l'augmentation du risque de défaut soulignent l'importance de la recherche crédit. Les investisseurs devront rechercher de manière sélective les opportunités parmi les titres de crédit
investment grade2 d'entreprises présentant des modèles économiques résistants.

Privilégier les actions présentant des fondamentaux solides

Les marchés sont encore en train d'évaluer l'impact de l'épidémie et des mesures politiques qui en découlent. L'heure est à l'examen prudent des dislocations du marché, notamment parmi les valeurs
cycliques3 de qualité. Les investisseurs doivent s'efforcer d'identifier les entreprises dont les bilans sont solides et les valorisations attrayantes, qui seront susceptibles de rebondir lorsque la situation se stabilisera.

Des portefeuilles diversifiés face à ce repli

Nous recommandons aux investisseurs de rester prudents, de maintenir des portefeuilles diversifiés et d'équilibrer les risques tout en continuant à surveiller les nouvelles données.

LA GESTION ACTIVE EST UN ÉLÉMENT CLÉ POUR FAIRE FACE À LA VOLATILITÉ

Dans un contexte d'incertitude élevée et de forte volatilité, nous nous concentrons sur la gestion de la liquidité4 et la sélection d'actifs de première qualité. Parallèlement, il importe de rester agile et flexible afin de pouvoir tirer profit d'un potentiel rebond lorsque la situation se calmera.

    

1. Volatilité : mesure l'amplitude de la variation de la valeur d'un actif pendant une période donnée. Une volatilité importante traduit généralement une forte exposition au risque. Lorsque la volatilité est élevée, la possibilité de gain est importante, mais le risque de perte l'est aussi.
2. Investment grade (catégorie investissement) : caractérise les titres émis par un émetteur de titres de créances négociables (Bon du Trésor…) ou d’obligations dont la notation Standard & Poor’s est supérieure ou égale à BBB-. Les obligations « investment grade » sont considérées par les différentes agences de notation comme présentant un faible risque de non-remboursement. AAA est la meilleure note possible pour un émetteur « investment grade ». « Investment grade » s'oppose à « speculative grade » ou « high yield » qui caractérise la dette d'un émetteur dont la note est inférieure à BBB- et correspond à un risque financier élevé.
3. Valeur cyclique (secteur cyclique) : le cours des valeurs cycliques a tendance à suivre l’évolution des cycles économiques. Sont considérées comme cycliques les valeurs des secteurs de l’automobile,
de l’immobilier, des biens d’équipement, de l’énergie, des loisirs, des médias ou des technologies.
4. Liquidité : capacité et rapidité avec laquelle il est possible d’acheter ou de vendre un actif sur un marché sans que les prix du support n’en soient fortement affectés. La notion de liquidité s’applique à
l’ensemble des actifs bancaires, financiers…

Autres actualités

GIV Mai people
15/05/2020 Recherche / Marchés, Infographie

Infographie - GIV - COVID-19 : les répliques du séisme

Les marchés sont partagés entre, d'une part, les espoirs suscités par les signes d'un pic épidémique et, d'autre part, des fondamentaux en berne (bénéfices en baisse et dette en hausse). Désormais, les investisseurs vont devoir s'efforcer de distinguer les entreprises qui peuvent rester solvables pendant la crise de celles qui pourraient subir une perte de valeur permanente, sachant que l’évolution de la pandémie sera un facteur déterminant à prendre en compte.