Hebdo des Marchés

Les dernières actualités des marchés financiers

Semaine du 17 janvier 2022

Par les équipes de Recherche Amundi

Chaque lundi, retrouvez une analyse synthétique de la situation économique et financière de la semaine passée. 

Chiffre clé

7%

C’est le niveau, en glissement annuel, de l’indice des prix à la consommation (IPC) aux Etats-Unis en décembre.

ZONE EURO

La production industrielle de la zone euro a augmenté de 2,3% en glissement mensuel en novembre, sous l’effet de distorsions statistiques (sans l’Irlande, le chiffre pour la zone euro serait globalement inchangé). Les chiffres des principaux pays restent contrastés : l’Allemagne (-0,1%) et la France (-0,5%) ont enregistré une contraction en glissement mensuel, tandis que l’Italie (1,9%) et l’Espagne (1,8%) ont signé une croissance en glissement mensuel supérieure aux attentes.

etats-unis

L’indice des prix à la consommation (IPC) global des États-Unis a progressé de 0,5% en glissement mensuel en décembre (7% en glissement annuel), après une hausse de 0,8% en novembre, les principales contributions à la hausse mensuelle étant les indices du logement et des voitures et camions d’occasion. La composante alimentaire a également été forte, bien que de façon moins significative que ces derniers mois, tandis que l’énergie a faibli après une longue série de hausses.

PAYS ÉMERGENTS

L’inflation est ressortie à la hausse en République tchèque en décembre, à 6,6% en glissement annuel (g.a.) contre 6% le mois précédent. En Hongrie, elle est stable, à 7,4% en g.a.

ACTIONS

Après 3 séances de hausse en tout début d’année, les marchés d’actions consolident. Le MSCI ACWI recule de plus de 1% ; les valeurs de croissance sont pénalisées par la hausse des taux qui, en revanche favorise, les valeurs de type « value » (décotées). En définitive, le marché américain, plus riche en valeurs de croissance, en pâtit. Cela profite aux marchés de la zone euro, du Royaume-Uni et des pays émergents, mieux représentés en valeurs de type « value ».

OBLIGATIONS

Après la remontée très rapide des taux depuis le début de l'année, dans un contexte de Fed plus offensive et de données très solides sur le marché du travail, le marché obligataire s'est consolidé au cours de la semaine. Les chiffres de l'inflation cette semaine n'ont pas bousculé le marché : l'inflation sous-jacente a été légèrement supérieure aux attentes et a atteint son plus haut niveau depuis 1990 mais l'indice des prix à la production a surpris à la baisse.

Les défauts proches de leur plus bas en décembre

Les agences de notation ont publié, ces derniers jours, leurs chiffres sur les défauts d’entreprises pour le mois de décembre, permettant ainsi de dresser un tableau complet de l’année écoulée. L’année 2021 aura été marquée par une nette amélioration par rapport à l’année précédente, puisque, selon Moody’s, seules 54 entreprises ont fait défaut, soit un quart du total de 2021 et environ la moitié du total cumulé de 2019. Malgré les difficultés liées aux perturbations des chaînes d’approvisionnement, aux pénuries de main-d’œuvre et aux coûts de production élevés, la forte reprise économique, conjuguée à l’abondance de liquidités et aux conditions de financement faciles, a permis de maintenir une trajectoire positive vers les faibles niveaux actuels. En décembre, les défauts sont finalement tombés à seulement 1,2% tant aux États-Unis qu’en Europe, après avoir commencé l’année à respectivement 8,6% et 5%. Malgré le virage vers la normalisation des politiques monétaires et le ralentissement de la croissance économique, nous anticipons, dans notre scénario central, une modeste hausse du taux de défaut du high yield d’ici la fin de l’année, après une baisse probable, bien que légère, par rapport aux niveaux actuels au premier semestre 2022. Si la tendance à l’amélioration des notations et des indicateurs de crédit se poursuit, les ratios de détresse restent, en revanche, plutôt faibles par rapport aux normes historiques. Les entreprises auront donc de nombreuses opportunités de refinancement via les marchés obligataires, comme en témoignent les volumes d’émissions élevés de ce début d’année.