Hebdo des Marchés

Les dernières actualités des marchés financiers

Semaine du 27 janvier 2020

Par les équipes de Recherche, Stratégie et Analyse, Amundi

Chaque lundi, retrouvez une analyse synthétique de la situation économique et financière de la semaine passée.

9PB

Chiffre clé

C’est ce que les taux américain et allemand à 10 ans ont tous deux perdu cette semaine.

ZONE EURO

La récente estimation « flash » du PMI composite de la zone euro fait état d’une stabilisation à 50,9, l’amélioration dans le secteur manufacturier de 46,3 à 47,8 étant apparemment neutralisée par les données plus faibles provenant du secteur des services, en baisse de 52,8 à 52,2.

etats-unis

La production industrielle a poursuivi sa tendance baissière en décembre (-1% en glissement annuel). Toutefois, certains signes de stabilisation se dessinent du côté de la production manufacturière. Les conditions dans le secteur restent fragiles dans l’ensemble mais la conclusion récente de l’accord commercial de première phase pourrait susciter de l’optimisme et encourager les investissements et la production.

PAYS ÉMERGENTS

Le 22 janvier, la Bank Negara Malaysia (BNM) a réduit son taux directeur de 25 pb, le faisant passer de 3,0% à 2,75%. Ce biais d’assouplissement avait été annoncé au préalable, la décision étant présentée comme « préventive » et visant à tenir compte de l’amélioration progressive de la croissance prévue en 2020.

ACTIONS

Les marchés d’actions ont subi quelques prises de bénéfices en début de semaine avant un rebond vendredi. Ceci a concerné les marchés asiatiques et, chinois, les opérateurs s’interrogeant sur l’impact économique potentiel du coronavirus en plein Nouvel An chinois. Dans son registre protectionniste habituel, le président Trump s’en est pris cette fois-ci aux Européens. En Italie, la bourse de Milan est demeurée sereine.

OBLIGATIONS

Les taux américain et allemand à 10 ans ont tous deux perdu environ 9 pb cette semaine. Le taux britannique à 10 ans a également baissé, reculant de 5 pb. Le spread entre le taux italien à 10 ans et son homologue allemand s’est resserré de 5 pb.

Réunion de janvier de la Banque centrale européenne : lancement officiel de la revue stratégique sans modification de la politique monétaire

Lors de la réunion de janvier, la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée. Le taux de dépôt reste à -0,5% et le programme d'achat d'actifs (asset purchase programme, APP) à 20 milliards d'euros par mois, pendant que les orientations prospectives sur les taux et l'APP sont également restées inchangées. En outre, la présidente, Christine Lagarde, a annoncé le lancement officiel de la revue stratégique de politique monétaire de la BCE.

Le Conseil des gouverneurs a légèrement révisé à la hausse son appréciation de la situation économique, soulignant une progression modérée de l'inflation sous-jacente et un risque baissier moins prononcé pour la croissance. Dans l'ensemble, la stabilisation des enquêtes de conjoncture et la hausse de l'inflation et des anticipations d'inflation ont conforté la BCE dans sa volonté de maintenir le statu quo et l’ont convaincue qu'elle disposait de suffisamment de marge de manœuvre et de temps pour se concentrer sur sa revue stratégique.

Christine Lagarde s'est abstenue de donner des détails sur la revue de politique lors de la conférence de presse, renvoyant au très court communiqué de presse publié juste après, dont voici les principaux éléments :

  • « La revue portera sur la formulation quantitative de la stabilité des prix, les outils de politique monétaire, les analyses économiques et monétaires et les pratiques en matière de communication »
  • « D'autres considérations, telles que la stabilité financière, l'emploi et le développement durable, seront également prises en compte lors de cette revue »
  • « La conclusion de la revue est attendue en fin 2020 »
  • « La revue se fondera sur une analyse approfondie, de l'ouverture d'esprit et un dialogue avec toutes les parties prenantes »

La revue s’inscrit dans la perspective du défi posé par la baisse du taux d'intérêt neutre. La déclaration souligne les « profonds changements structurels » qui se sont produits depuis la revue précédente, réalisée en 2003, la croissance potentielle étant plus faible et la dynamique de l'inflation qui pourrait avoir été transformée par « la menace pesant sur la durabilité environnementale, la rapidité de la numérisation, la mondialisation et l'évolution des structures financières ».

La revue se concentrera principalement sur la « formulation quantitative de la stabilité des prix » et sur « les approches et les instruments permettant d'atteindre la stabilité des prix ». L'objectif secondaire de la revue sera d'étudier si d'autres objectifs tels que la « stabilité financière » et « la durabilité environnementale et de l'emploi » sont susceptibles d'être pertinents pour la BCE.

Selon le consensus du marché, la BCE devrait maintenir l'orientation de sa politique monétaire inchangée tant que la revue stratégique est en cours, soit durant la majeure partie de 2020.