Hebdo des Marchés

Les dernières actualités des marchés financiers

Semaine du 22 avril 2019

Par les équipes de Recherche, Stratégie et Analyse, Amundi

Chaque lundi, retrouvez une analyse synthétique de la situation économique et financière de la semaine passée.

+6,4%

Chiffre clé

C’est la progression, sur un rythme annuel, du PIB chinois au premier trimestre 2019.

ZONE EURO

Léger recul du climat des affaires. L’estimation flash du PMI composite de la zone euro recule légèrement en avril à 51,3. Le PMI composite est en hausse en Allemagne (52,1) et en France (50,0). La baisse pour l’ensemble de la zone euro est donc probablement attribuable à l’Italie et à l’Espagne, pays pour lesquels il n’y a pas d’estimation flash.

etats-unis

La production industrielle a diminué de 0,1% en glissement mensuel en mars (2,8% en g.a. contre 3,4% en février), maintenant la tendance baissière qui se prolonge depuis le quatrième trimestre de l’an dernier. Le taux d’utilisation des capacités a augmenté à 78,8%, légèrement en deçà des attentes. Malgré la faiblesse des résultats trimestriels, le mois de mars s’avère plus solide, dans l’ensemble, que les mois précédents.

PAYS ÉMERGENTS

L’indice des prix à la consommation (IPC) argentin a augmenté de 4,7% en mars en glissement mensuel (vs +3,8% en février). Sur une base annuelle, l’inflation est ainsi portée à 54,7% sur un an. Une partie de l’accélération de l’IPC était due à la hausse des prix réglementés, tels que les tarifs des services publics, tandis que le reste était dû aux pressions sur l’inflation de base.

ACTIONS

Les marchés actions, à l’exception du Japon, se sont bien comportés cette semaine. Les marchés émergents et l’Europe ont surperformé, tandis que l’indice S&P500 est resté assez stable, malgré les données positives des ventes au détail (qui ont gagné le plus depuis septembre 2017) et la baisse des demandes de prestations de chômage.

OBLIGATIONS

Les rendements des obligations souveraines sont en baisse depuis le début de l’année, sur fond de craintes concernant la croissance mondiale et d’un changement de ton des banques centrales. Ces derniers jours, les rendements des obligations américaines à 10 ans ont repris du terrain, à 2,56%, après avoir atteint un plus bas, à 2,36%. Les rendements des obligations allemandes à 10 ans ont terminé la semaine à 0,02%.

Analyse de la semaine

L’économie chinoise résiste mieux qu’on ne le pense généralement

Les données globales de la Chine pour mars et le premier trimestre ont largement surpris à la hausse. Le PIB s’est stabilisé à 6,4% au premier trimestre et la production industrielle a rebondi à 8,5% en glissement annuel en mars, contre 5,3% en janvier et février, en hausse par rapport à la plupart des prévisions. Au-delà des chiffres globaux, ce sont la répartition et les informations sous-jacentes qui
nous importent le plus.

Il semble qu’une partie de la vigueur du mois de mars soit due à des facteurs temporaires et les données d’avril pourraient se tasser quelque peu. Ainsi, le fort rebond de la production industrielle en mars est le fait, principalement, d’entreprises à capitaux étrangers. Ceci pourrait en partie s’expliquer par les craintes suscitées par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine avant le Nouvel An chinois, qui ont retardé une partie de la production jusqu’à récemment, les États-Unis et la Chine ayant, entre-temps, évité une nouvelle escalade du conflit. Mais un tel rebond est de nature temporaire. 

Toutefois, à y regarder de plus près, nous percevons suffisamment de signaux positifs pour appuyer notre opinion d’un ralentissement faible de l’économie chinoise. La croissance du crédit a atteint son point le plus bas et les dépenses budgétaires se sont reprises. Les commandes locales sont d’ores et déjà en train de se rétablir, comme le suggèrent les données du PMI. Les données les plus récentes suggèrent également que les secteurs de l’automobile et des smartphones, qui ont été les principaux freins au second 2018, sont en voie de reprise bien qu’ils soient encore faibles. Le secteur de l’immobilier se maintient et le ralentissement attendu pourrait s’avérer relativement modéré, compte tenu de l’assouplissement du Hukou et du fait que les gouvernements locaux ont été autorisés à assouplir légèrement leur politique en matière d’immobilier. Pendant ce temps, les exportations dans la région semblent avoir évité un nouveau ralentissement brutal après un quatrième trimestre difficile.

Par conséquent, les responsables politiques ne semblent pas pressés de lancer de nouvelles mesures d’assouplissement d’envergure. Récemment, la Banque populaire de Chine a eu recours à des opérations d’open market et des facilités de prêt pour injecter des liquidités. Elle travaille, en parallèle, sur des mesures ciblées pour soutenir les PME et les consommateurs, dont les effets sont plus lents, mais qui devraient être plus sains. Quoi qu’il en soit, le cas échéant, toutes les mesures nécessaires seront prises en considération.