Hebdo des Marchés

Les dernières actualités des marchés financiers

Semaine du 18 janvier 2021

Par les équipes de Recherche Amundi

Chaque lundi, retrouvez une analyse synthétique de la situation économique et financière de la semaine passée. 

1900

Chiffre clé

Montant du paquet fiscal augmenté (en milliards de dollars) réclamé par Joe Biden

ZONE EURO

Selon les dernières données publiées par Eurostat mercredi, la production
industrielle de la zone euro a augmenté de 2,5 % en novembre par
rapport au mois précédent, pour une baisse de 0,6 % en variation annuelle.

etats-unis

L’inflation est restée en deçà de l’objectif en décembre, les composantes
sous-jacentes envoyant des signaux mitigés. L’IPC sous-jacent a augmenté
de 0,1 % en variation mensuelle (1,6 % en variation annuelle, inchangé),
tandis que l’IPC global a augmenté de 0,4 % en variation mensuelle.

PAYS ÉMERGENTS

L’inflation globale en Inde est ressortie à 4,6 % en décembre, contre 6,8
% en novembre, celle-ci revenant dans la fourchette cible de la Banque de
réserve indienne (RBI) après avoir passé l’année au-dessus. Le principal
déterminant de cette convergence est la composante des prix alimentaires.

ACTIONS

Cette semaine, ce sont les marchés émergents qui ont réalisé les
meilleures performances, en particulier l’Asie émergente, la Corée
et Taïwan. Le S&P 500 est resté à la traîne, les investisseurs digérant la
hausse hebdomadaire des demandes d’allocation chômage. Les marchés
européens terminent également la semaine sur une note de faiblesse

OBLIGATIONS

Les rendements américains à 10 ans sont restés stables sur la semaine et
les obligations allemandes ont baissé de 5 pb à -0,53% sur fond de mauvaises
nouvelles concernant la situation de la Covid en Europe et aux États-Unis, et alors
que les demandes de chômage américaines publiées jeudi étaient décevantes.

Crise de la Covid : des signaux d'une reprise mondiale et des réactions assez inégales selon les différentes zones géographiques 

Face à l’augmentation constante du nombre de cas de Covid et de décès aux États-Unis, le président élu Joe Biden préconise une extension de l’enveloppe budgétaire jusqu’à 1 900 milliards de dollars, afin de soutenir les ménages américains et renforcer les capacités de dépistage et de distribution des vaccins. 2021 devrait donc être marquée par une nouvelle impulsion budgétaire sans précédent malgré le niveau déjà élevé de la dette publique par rapport au PIB. Joe Biden a cependant souligné qu’une relance budgétaire plus importante ne compromettrait pas la situation de la dette, mais au contraire, la stabiliserait, puisque les perspectives de croissance seraient plus certaines.

En Chine, de nouveaux cas de Covid sont apparus, entraînant le confinement total de plusieurs villes de la région de Pékin. Toutefois, les Chinois qui ont été les premiers touchés par cette épidémie ont fait preuve de capacités de réaction remarquables et la plupart des secteurs de l’économie chinoise sont revenus à la normale depuis plusieurs trimestres. La Chine devrait donc rester sur sa trajectoire de croissance pendant au moins plusieurs trimestres, à moins que la situation ne se détériore.

Les choses sont très différentes en Europe. Au cours des dernières semaines, plusieurs pays ont dû se reconfiner en tout ou en partie, le virus étant hors de contrôle. Ces confinements compromettent la reprise et nous devons nous attendre à une croissance plus faible que prévu pour le quatrième trimestre 2020 et le premier trimestre 2021. Il est toutefois peu probable que les membres de l’UE puissent se mettre d’accord sur un nouveau train de mesures, compte tenu des difficultés déjà rencontrées pour parvenir à l’accord de 750 milliards d’euros en juillet dernier.