Hebdo des Marchés

Les dernières actualités des marchés financiers

Semaine du 12 novembre 2018

Par les équipes de Recherche, Stratégie et Analyse, Amundi

Chaque lundi, retrouvez une analyse synthétique de la situation économique et financière de la semaine passée.

2,00% - 2,25%

Chiffre clé

C’est la fourchette d’objectif du taux des Fed Funds..

ZONE EURO

Légère révision à la hausse du PMI composite d’octobre. Il s’établit finalement à 53,1, contre 52,7 annoncé initialement (mais tout de même nettement plus bas que les 54,1 de septembre). La révision est liée notamment à un meilleur comportement des services en Allemagne. A noter que le PMI composite de l’Italie indique une contraction de l’activité. A 49,3, il se trouve sur un plus bas de 59 mois. A l’inverse, ceux de la France et de l’Espagne remontent par rapport au mois précédent.

etats-unis

Le Comme prévu, le FOMC n’a pas modifié la fourchette d’objectif du taux des Fed Funds (2,00%-2,25%) et sa déclaration n’a reflété aucune tendance accommodante de dernière minute. La probabilité d’un relèvement des taux en décembre est très élevée compte tenu de la vigueur de l’économie, du resserrement du marché du travail et de la stabilité de la rhétorique et des perspectives de la banque centrale. 

PAYS ÉMERGENTS

LL’inflation turque a atteint un niveau supérieur en octobre (25,2% en glissement annuel), en comparaison de celui de septembre (24,5%) et de celui prévu par le consensus (25%). L’inflation sous-jacente a également augmenté de 0,3 pp, à 24,3%. 

ACTIONS

Les marchés d’actions ont bien accueilli les résultats des élections de mimandat américaines. Le MSCI World AC, qui a perdu 10% du 1er au 29 octobre, a déjà repris plus de 5%. A noter que si les marchés émergents, qui avaient le plus baissé en octobre, ont le plus rebondi depuis, le marché américain fait jeu égal dans la hausse, soit mieux que les autres marchés développés. 

OBLIGATIONS

Légère remontée des taux dans les pays développés. L’écart entre les taux italien et allemand à 10 ans reste stable, autour de 300 bp.

Analyse de la semaine

Vague bleue contre mur rouge

Les élections de mi-mandat n’ont pas offert de surprise. Comme prévu, les Démocrates ont remporté la majorité à la Chambre des représentants tandis que les Républicains ont renforcé leur position au Sénat, conduisant à un Congrès divisé. La prise de contrôle de la Chambre des représentants par les Démocrates et la mainmise de Donald Trump sur le Sénat ouvrent la voie à deux scénarios.

1. Le premier est l’émergence d’un gouvernement divisé, qui se traduirait par un quasi-blocage législatif. Néanmoins, le principal risque susceptible de provoquer une correction des marchés financiers à l’issue des élections de mi-mandat est l’abrogation des mesures fiscales adoptées par Donald Trump. Ce scénario est extrêmement peu probable, car les Démocrates ne disposent pas d’une majorité suffisante à la Chambre des représentants ou au Sénat pour pouvoir opposer leur véto.

2. Le second est l’émergence d’un environnement plus constructif où l’on pourrait trouver un terrain d’entente sur des thèmes clés d’intérêt national. Ainsi, le gouvernement pourrait investir entre 100 milliards $ USD et 300 milliards $ USD dans des projets d’infrastructures. Le résultat des élections pourrait également impulser un nouvel élan pour la modification de l’« Affordable Care Act » en durcissant les conditions préalables nécessaires pour pouvoir prétendre à une assurance maladie. Les sondages indiquent que la couverture maladie a été le facteur décisif ayant fait pencher le scrutin en faveur des Démocrates. Le gouvernement pourrait tenter une nouvelle fois de faire passer sa réforme sur l’immigration. Nous pourrions assister à un accord définitif sur les DACA (« Deferred Action for Childhood Arrivals » ou « The Dreamers ») qui pourrait se traduire par une hausse des dépenses en matière de sécurité intérieure.

Toutefois, Donald Trump devra désormais composer avec la majorité démocrate à la Chambre des représentants sur les questions budgétaires et ne sera plus seul maître à bord en la matière, dans la mesure où cela relève de la compétence de la Chambre. Le président américain conservera une marge de manœuvre illimitée pour imposer des droits de douane. Dès lors, il y a fort à parier que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine s’intensifieront, avec la mise en place de droits de douane sur 276 milliards $ USD d’exportations chinoises à destination des États-Unis.