Point marché : perspectives d'investissement

Décembre 2017

Promettre moins et apporter plus

« Promettre moins et apporter plus »* est un vieil adage que l’on retrouve dans le monde des affaires. Les marchés ont offert, comme chaque année, leur lot de bonnes surprises.

Citons, parmi les très bonnes nouvelles de cette année, la technologie qui s’est distinguée comme le secteur ayant offert la performance la plus élevée, ce qui a profité aux indices les plus exposés à ce secteur comme le Hang Seng ou, bien entendu, le Nasdaq.
Dans un contexte macroéconomique très porteur, l’autre fait marquant de l’année aura été la très bonne tenue de la zone euro : pour la première fois depuis bien longtemps, la zone euro n’a pas sous-performé les États-Unis en termes économiques. À cet égard, la récente publication d’indicateurs macroéconomiques (notamment PMI) supérieurs aux attentes confirment que le potentiel de croissance reste encore important dans la zone euro.
Alors que la banque centrale américaine avait promis une normalisation monétaire, le futur « chairman » de la Fed, Jerome Powell, a réaffirmé l’idée que les taux d’intérêt allaient continuer à remonter. Les derniers indicateurs macroéconomiques confirment la bonne tenue de l’économie américaine alors que le marché du travail est proche du plein emploi.
Dans un environnement où les banques centrales réduisent graduellement leurs politiques monétaires accommodantes, les marchés s’interrogent quant à la solidité financière des entreprises les plus endettées en particulier sur le marché du haut rendement, notamment sur le segment des télécoms.
Par ailleurs, le renouvellement de l’accord entre l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (l’OPEP) et la Russie sur le plafonnement de la production de pétrole marque un tournant, après des années où le cartel avait laissé le prix du baril chuter. L’OPEP a surpris les marchés avec une politique volontariste et radicalement différente par rapport au passé, permettant ainsi au baril de
progresser fortement.
Enfin, l’envolée du Bitcoin, cette monnaie numérique virtuelle décentralisée, dépasse toutes les attentes. Même si les contrats à terme standardisés du Bitcoin devraient commencer à être négociés sur le Chicago Mercantile Exchange (CME) d'ici la fin de l'année, le futur des crypto-monnaies dans l’économie réelle semble improbable à court terme sans une régulation plus stricte. Le risque est,
pour celles-ci, de sur-promettre sans l’assurance de pouvoir délivrer. En d’autres termes, le Bitcoin est la monnaie qui s’est le plus appréciée… mais que personne n’utilise.
De nombreux marchés ont généré des gains solides cette année, illustrant avant tout la confirmation d'une reprise mondiale synchronisée.
Le millésime 2017 qui pourtant « promettait moins a apporté plus ».

* Thomas J. Peters et Robert Waterman Jr. « In search of Excellence: Lessons from America's Best-Run Companies » (ou le Prix de l'excellence)

En lire plus

Silvia BOCCHIOTTI

Gestion multi-asset, Directeur de l’Advisory Retail et Responsable de la sélection des fonds tiers

Vincent MORTIER

Directeur adjoint des gestions et Responsable des gestions multi-asset