Les incertitudes sur les marchés ne devraient pas s’éterniser

Infographie - LES INCERTITUDES SUR LES MARCHÉS NE DEVRAIENT PAS S’ÉTERNISER, Jeudi 07 novembre 2019

Infographie, Recherche / Marchés

LES MARCHÉS OSCILLENT À LA HAUSSE ET À LA BAISSE

Le mois dernier, sur fond de croissance économique semblant plus faible, les marchés ont évolué au gré des mauvaises nouvelles (données économiques plus faibles que prévu) mais aussi d’autres plus positives (possibilité d'un mini-accord entre les États-Unis et la Chine). Toutefois, les investisseurs doivent désormais faire face à une communication incertaine en provenance des banques centrales, à la dispersion des taux de croissance mondiaux et à une visibilité limitée sur les résultats des entreprises.

QUATRE THEMES À SURVEILLER

Les ménages pourraient sauver la situation

Le commerce mondial en berne, la dégradation des données manufacturières et les premiers signes de faiblesse dans le secteur des services sont autant d'indicateurs du ralentissement actuel. Toutefois, la résilience de la consommation des ménages, les mesures préventives des banques centrales et les politiques budgétaires  accommodantes des gouvernements pourraient contribuer à une stabilisation au premier semestre 2020.

Le crédit peut aider à générer de la valeur ; ce n’est pas le moment d'être trop conservateur

Les risques de guerre commerciale et la faiblesse de la croissance incitent les banques centrales à conserver une posture accommodante. Les investisseurs devraient maintenir leur exposition aux obligations d’entreprises (investment grade1 en euro) et aux obligations d’Etat périphériques en euro (BTP italiens). Une exposition sélective aux obligations à haut rendement en euro avec une approche active et dynamique pourrait également se révéler fructueuse.

Les marchés des pays émergents offrent des perspectives positives

Des taux de croissance relative élevés sont favorables à l'investissement dans les obligations des pays émergents mais la liquidité reste le facteur clé. Cependant, compte tenu des importantes disparités de taux de croissance entre pays, il convient d'évaluer la dynamique propre à chacun d’entre eux. Nous privilégions les marchés émergents bénéficiant d’une demande intérieure solide (Brésil) et ceux faisant preuve d’une certaine prudence budgétaire (Indonésie, Chine).

La rotation sectorielle pourrait créer des opportunités sur le marché des actions

Dans le contexte actuel, il est difficile de définir une orientation claire du marché. Par conséquent, les investisseurs pourraient profiter, s’ils les identifient, d’opportunités générées par les dislocations des marchés. Les titres décotés semblent attrayants par rapport aux valeurs de croissance en Europe et aux États-Unis.

DE L’IMPORTANCE DE SURVEILLER LES RISQUES

Le climat général d'investissement étant assez peu encourageant, il est essentiel de surveiller l'évolution des risques sur le marché. Les investisseurs peuvent ainsi se prémunir contre une éventuelle aggravation du scénario et se préparer à un positionnement plus défensif, si les négociations commerciales venaient à se détériorer et si la récession manufacturière venait à s’étendre aux services et à affecter la consommation